• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 13 octobre 2009

Archives pour 13 octobre, 2009

C’est pas vrai !

barre23.gif

*

*

- Judas s’approcha de Jésus pour l’embrasser.
C’était le signal pour que les soldats l’arrêtent. Jésus se laissa prendre. Mener devant le tribunal. Puis Ponce-Pilate, le chef romain. La foule se moquait de lui. Lui crachait dessus. L’injuriait, le frappait…

Le coeur de Nanette s’affolait dans sa poitrine. Elle recevait les coups. Les injures.

- L’assemblée accusa Jésus devant le chef romain
« Nous avons trouvé cet homme qui pousse la Nation à la révolte, l’empêche de payer le tribu à César…

- Mais c’est pas vrai ! s’exclama Nanette.

- Cet homme se nomme lui-même le Messie. Roi des Juifs. Pilate interrogea Jésus. Ne trouva rien à lui reprocher. Il savait par sa femme toutes les bonnes actions qu’il avaient faites.

Nanette soupira soulagée. D’autres aussi.

- Il proposa à la foule de le libérer, comme il libérait chaque année un prisonnier. Mais les meneurs dans l’assemblée crièrent : A mort ! A mort ! Qu’on en libère un autre ! »

Le coeur de Nanette battait de plus en plus fort. Elle avait peur que les autres l’entendent. Lui demandent de se taire.

- Alors on se moqua de plus en plus de Jésus.
On mit sur sa tête une couronne d’épines qu’on enfonça méchamment…Jusqu’à provoquer des gouttes de sang qui pleurèrent sur son visage….Des brigands amenèrent une lourde croix. Toute la foule haineuse se dirigea vers le Calvaire ; une montagne où l’on pendait les méchants. Le chemin pierreux était long. Jésus dû le faire portant cette lourde croix. Tomba plusieurs fois. Les nantis qui avaient eu peur que le royaume annoncé par Jésus leur enlève toutes leurs richesses riaient de ce piteux roi. Pieds nus, ensanglantés. Visage strié de rides de sang coulant des épines…Les braves gens, craintifs, laissaient faire…
Jésus tomba une nouvelle fois sous le coup d’un soldat pressé d’en finir..

Là c’était trop…Des cascades de sanglots secs ininterrompus jaillirent du corps de Nanette au bord de la syncope.

La soeur s’arrêta brusquement. Se leva. L’attira. Se rassit. La posa sur ses genoux… demanda doucement :
- Qu’est-ce que tu as Nanette ?

Un cri indomptable, surnaturel, fusa :

- Si j’avais été là, on l’aurait pas tué ! Je l’aurai défendu !

La soeur sourit. Les gamines se moquèrent. Le récit fut interrompu. Les enfants reprirent leurs jeux.

Des larmes décongestionnantes s’écoulèrent enfin. Laborieusement le flux émotif regagna son coffre interne. Fut cadenassé. Elle avait honte de n’avoir pu contenir son émotion. Elle avait mal de la trahison de Judas. Elle avait envie de dire à Jésus «  Moi je te crois. Moi je t’aime. Moi je suivrai tes préceptes. Les défendrai. Même si on en rit … »

La soeur l’amena aux robinets d’eau installés près de la petite guérite de vente des bonbons. Essuya son visage. La cloche tinta. Les mamans récupérèrent leur fille. Elle rentra seule.

(A suivre 32)

COPYRIGHT



Il était une fois…

Puisse cette histoire intimiste
vous apporter un peu d'évasion
vous rappeler des souvenirs
ou vous amener à méditer sur la société de consommation...

Auteur:

lunebleue

Catégories

L’absence

L'absence est à l'amour ce qu'est au feu le vent ;
Il éteint le petit, il allume le grand.

Bussy-Rabutin

L’amitié

Un des plus grands bonheurs de cette vie,
c'est l'amitié ;
et l'un des bonheurs de l'amitié,
c'est d'avoir à qui confier un secret.
A. Manzoni

Le devoir

Je ne connais que deux belles choses dans l'univers :
le ciel étoilé sur nos têtes
et le sentiment du devoir dans nos coeurs.

. E. Kant

DIEU

Un homme avec Dieu
et toujours dans la majorité.
John Knox

Doute

Dans le doute
abstiens-toi.

Zoroastre

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Commentaires récents

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

octobre 2009
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Epitaphe

Celui qui cy maintenant dort
Fit plus de pitié que d'envie
Et souffrit mille fois la mort
Avant que de perdre la vie.

Scarron