• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 20 octobre 2009

Archives pour 20 octobre, 2009

Dis merci

barre23.gif

*

*

Puis il y eu un été plus mémorable…

- Maman. Tu as vu le peintre dans la rue ?
- C’est un parisien. Il trouve la rue très pittoresque. Il a déjà fait plusieurs aquarelles…
- Je peux aller le voir ?
- Déjeune et vas me chercher les légumes avant.

En revenant du Bastidon Nanette se demandait  ce qu’avaient grand-père et mère à gesticuler ainsi. Leurs visages étaient rouge.

- Tu ne peux pas faire ça ! Pense à tes petits enfants ! Le Bastidon est un bien dans la famille depuis des générations. Tu l’as  reçu. Tu dois le transmettre à tes petits enfants.
- Pourtant ça m’arrangerait. Il en donne un bon prix.
- Qu’est-ce qu’il y a ? Vous vous disputez ?
- Rentre faire tremper la salade. Prépare la vinaigrette. Çà regarde pas les petites  filles.

Nanette regarda son grand-père. Sa mère. Visiblement ils n’étaient pas du même avis. Attendaient qu’elle parte. Elle gravit les quelques escaliers du perron. Entra. Obéit aux ordres. Quelques minutes plus tard les grands la rejoignirent.

- Pépé mange avec nous à midi. Ajoute un couvert.
- La salade est prête.
- Tu préfères les oeufs au plat ou en omelette papa ?
- Ça n’a pas d’importance. J’ai oublié de te dire. L’antiquaire d’Aix est revenu pour acheter la commode des Sube.
- Ah non ! Tu ne vas pas la vendre. C’est un meuble dans la famille depuis plus de trois générations. Tu n’as qu’une petite-fille. Tu dois lui transmettre !
- Nanette, je te le dis devant ta maman. Tu es ma seule petite-fille. Je ne t’ai jamais  fait de cadeau. Je n’ai pas d’argent.Je vivote avec mes productions. Mais. La commode est à toi. Je te la donne.
- Dis merci à grand-père.
- Merci grand-père.
- Et tu ne vendras pas le Bastidon ?
- Tu veux vendre le Bastidon pépé ?
- C’est pas que je veux le vendre. C’est que le Parisien. Le peintre, veut l’acheter. Il trouve le coin très joli. Notre ciel très pur. Les couleurs éclatantes. Il voudrait s’installer ici. L’autre jour on s’est rencontrés quand il descendait de la chapelle d’en face. Il m’a proposé un bon prix…Je n’ai pas d’argent, pas de T.S.F.. Pas de sanitaires…
- Tu peux pas faire ça papa ! C’est un bien de famille. Vends plutôt la campagne dans la Drôme. C’est loin. Il n’y a que de la terre. La ferme qui a brûlé il y a plus de cinquante ans n’a jamais était reconstruite. Ça ne profite qu’aux voisins qui y  font paître leurs bêtes. Elle ne rapporte rien…
- Tu aimes le Bastidon Nanette ?
- Oh oui pépé !
- Je ne le vendrai pas. Mais vous non plus ! Faudra jamais le vendre. Ça vient de la famille …depuis …je ne sait plus combien de temps…Ça doit rester dans la famille. Toujours. Pour qu’elle ait une terre ancestrale…
- Promis papa.

Sans le savoir. Sans le comprendre. Nanette venait d’assister à un legs personnel. A un engagement verbal transgénérationnel…concernant la terre familiale. Terre sacrée. A conserver contre vents et marées…car terre d’asile…

(A suivre – 39)

COPYRIGHT

 



Il était une fois…

Puisse cette histoire intimiste
vous apporter un peu d'évasion
vous rappeler des souvenirs
ou vous amener à méditer sur la société de consommation...

Auteur:

lunebleue

Catégories

L’absence

L'absence est à l'amour ce qu'est au feu le vent ;
Il éteint le petit, il allume le grand.

Bussy-Rabutin

L’amitié

Un des plus grands bonheurs de cette vie,
c'est l'amitié ;
et l'un des bonheurs de l'amitié,
c'est d'avoir à qui confier un secret.
A. Manzoni

Le devoir

Je ne connais que deux belles choses dans l'univers :
le ciel étoilé sur nos têtes
et le sentiment du devoir dans nos coeurs.

. E. Kant

DIEU

Un homme avec Dieu
et toujours dans la majorité.
John Knox

Doute

Dans le doute
abstiens-toi.

Zoroastre

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Commentaires récents

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

octobre 2009
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Epitaphe

Celui qui cy maintenant dort
Fit plus de pitié que d'envie
Et souffrit mille fois la mort
Avant que de perdre la vie.

Scarron