Tu me raconteras ?

barre23.gif

*

*

L’été provençal jouait sa partition. Matins féeriques. Journées caniculaires. Orages de fin d’après-midi.

Nanette était souvent impressionnée par ces variations brutales. Elle redoutait, admirative, les lourds nuages chargeant soudain le ciel de coton gris-noir sur une toile céleste virée du bleu azur au foncé argent du plomb. Puis des éclairs colériques zébraient le ciel. Des grondements ininterrompus tonnaient. Minutes d’accords avant qu’une pluie torrentielle s’abatte dans un paysage devenu de paradisiaque à apocalyptique.

Derrière les carreaux de la porte-vitrée du séjour, elle regardait fascinée le spectacle d’un ciel déchaîné frappant la terre de se foudres. Semblant pourchasser, punir quelques méchants.

Puis, aussi soudainement, la colère s’évanouissait. Le ciel retrouvait ses hauteurs. L’azur zébré de quelques nuées traînantes souriait à nouveau d’un éclatant soleil qui séchait rapidement le sol. Les anges purificateurs offraient aux braves gens l’éblouissement d’un arc-en-ciel. Nouvel accord entre ciel et terre.

Les estivants ressortaient de leur location. Commentaient les rigueurs  de la trombe. Les hommes évaluaient les dégâts sur la route de la descente des chemins de terre alentour. Une dizaine de centimètres de boue…Les femmes et enfants admiraient le nouveau ciel et son arche colorée.

Même ces jours-là il était possible de passer la soirée « à la belle étoile« .
tout l’environnement était à nouveau sec ; le muret de pierre accueillant pour pipelettes et pipelets qui taillaient d’interminables bavettes…

Aux douze coups de minuit au clocher de la cathédrale, les enfants qui jouaient quelques mètres plut loin, sous le réverbère, étaient récupérés par un parent. Fallait se coucher.
La pupart des vieux du cru poursuiaeint leurs conciliabules…

- Alors. C’est demain le grand voyage ?
- Oui mémé. Tiens ton plateau. Attention la ratatouille est très chaude.
- Tu me raconteras ?
- Oui mémé. Elle s’assit au bord du lit. D’abord nous partirons pour Marseille. A 16 heures. Nous arriverons vers 20 heures. Demain nous préparerons les bagages. Nous nous reposerons avant d’aller à la gare. Le train partira à minuit. Nous serons chez les parents de papa après 20 heures de voyage. Après je ne sais pas. J’y suis jamais allée. Mais promis. Je te raconterai tout au retour. Bisous ! Je vais manger. A t’à l’heure !

(A suivre – 40)

COPYRIGHT

 

0 commentaires à “Tu me raconteras ?”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Il était une fois…

Puisse cette histoire intimiste
vous apporter un peu d'évasion
vous rappeler des souvenirs
ou vous amener à méditer sur la société de consommation...

Auteur:

lunebleue

Catégories

L’absence

L'absence est à l'amour ce qu'est au feu le vent ;
Il éteint le petit, il allume le grand.

Bussy-Rabutin

L’amitié

Un des plus grands bonheurs de cette vie,
c'est l'amitié ;
et l'un des bonheurs de l'amitié,
c'est d'avoir à qui confier un secret.
A. Manzoni

Le devoir

Je ne connais que deux belles choses dans l'univers :
le ciel étoilé sur nos têtes
et le sentiment du devoir dans nos coeurs.

. E. Kant

DIEU

Un homme avec Dieu
et toujours dans la majorité.
John Knox

Doute

Dans le doute
abstiens-toi.

Zoroastre

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Commentaires récents

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

octobre 2009
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Epitaphe

Celui qui cy maintenant dort
Fit plus de pitié que d'envie
Et souffrit mille fois la mort
Avant que de perdre la vie.

Scarron