• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 27 octobre 2009

Archives pour 27 octobre, 2009

J’vais pas te manger !

barre23.gif

*

* 

Nanette s’approcha, serrant la main de son père. C’était la première fois qu’elle voyait une femme avec les cheveux tout blanc.TOUS. D’un blanc propre et brillant. Grand-mère du midi avait un chignon gris. Comme mémé.

- N’sois pas timide…j’vais pas t’manger !

Elle serra plus fort la main de son papa. Ne la quitta pas en posant deux baisers appliqués sur les joues ridées.

- Entrez donc vous désaltérer. Ensuite nous ferons manger les enfants. Nous les coucherons. Nous aurons toute la soirée pour parler.

Ils s’installèrent, côté bistrot, dans l’immense séjour campagnard divisé en deux zones.
Une gigantesque armoire-glacière en bois recouvrait 2/3 de la cloison de séparation avec la cuisine privée. Cette moitié de la salle d’entrée était réservé au bar. L’autre moitié montrait des rayonnages divers, un comptoir avec balance…c’était l’épicerie-primeur.

La patronne sortit une bouteille de limonade et une bouteille de bière pour que les grands se confectionnent des panachés. Puis, comme c’était un instant de fête, un « Vérigood » fut distribué aux enfants ; qui purent choisir le parfum « citron » ou « orange ».

- J’arrive au bon moment ! Assieds-toi auprès de ton aîné Aimée. J’apporte les verres.

Immédiatement Nanette fut séduite par la jovialité de ce robuste géant.
Il apporta les verres. Embrassa tout le monde. Vérigood bu à la paille, comme les autres enfants, Nanette sentit sa conscience se retirer…Les sons étaient cacophoniques…devinrent incompréhensibles. Inaudibles.

(A suivre – 46)

COPYRIGHT

Tout à l’heure

barre23.gif

*

*

Enfin le car s’arrêta en pleine campagne pour les laisser descendre. Repartit.
Devant la longue bâtisse, à l’extrémité ouest, des petits enfants jouaient au pied d’un énorme tas de sable.

- Maman !
Deux gamins s’élancèrent vers la tante.
- T’as apporté quelque chose ?!
- Tout à l’heure. Dites bonjour à votre cousine.

Tous se regardèrent. Intimidés.
- Pas d’inquiétude. Ça ira mieux demain. Quand ils auront fait quelques bêtises ensemble.

Un enfant continuait à remplir sa boite de sardine avec du sable mouillé. A faire des pâtés.
- Alors Pierre, tu ne dis pas bonjour à ton papa et à ta maman…
Les parents s’approchèrent. Déçus. Lui continuait son château. Il était bien, depuis deux mois, avec des enfants de son âge. Passant des heures libres dehors.

La grand-mère apparut.
Le père se dirigea vers elle.
L’étreinte fut longue. Puissante. Silencieuse.

- Alors mon grand…tu vas bien ?
- Tu vois maman, solide comme un roc !
- Présente-moi donc la petite.

(A suivre – 45)

COPYRIGHT



Il était une fois…

Puisse cette histoire intimiste
vous apporter un peu d'évasion
vous rappeler des souvenirs
ou vous amener à méditer sur la société de consommation...

Auteur:

lunebleue

Catégories

L’absence

L'absence est à l'amour ce qu'est au feu le vent ;
Il éteint le petit, il allume le grand.

Bussy-Rabutin

L’amitié

Un des plus grands bonheurs de cette vie,
c'est l'amitié ;
et l'un des bonheurs de l'amitié,
c'est d'avoir à qui confier un secret.
A. Manzoni

Le devoir

Je ne connais que deux belles choses dans l'univers :
le ciel étoilé sur nos têtes
et le sentiment du devoir dans nos coeurs.

. E. Kant

DIEU

Un homme avec Dieu
et toujours dans la majorité.
John Knox

Doute

Dans le doute
abstiens-toi.

Zoroastre

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Commentaires récents

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

octobre 2009
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Epitaphe

Celui qui cy maintenant dort
Fit plus de pitié que d'envie
Et souffrit mille fois la mort
Avant que de perdre la vie.

Scarron